Soldes

Le coup d’envoi des soldes d’été sera donné ce mercredi 26 juin à 8h pour une durée de 5 semaines. Pour vous permettre d’acheter en toute sérénité et en toute sécurité, je vous propose de découvrir dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour faire de bonnes affaires et éviter ainsi les déconvenues.

Quelles sont les périodes de soldes ?

Les soldes sont des ventes très réglementées, permettant de protéger le consommateur et de garantir une concurrence loyale entre les commerçants.
A ce jour, deux périodes de soldes sont définies par la loi :

  • Les soldes saisonniers (les soldes d’été et les soldes d’hiver), d’une durée de 5 semaines et dont les dates sont fixées sur le plan national.

Les soldes d’été débutent à 8h le matin du dernier mercredi de juin (sauf si celui-ci tombe après le 28, auquel cas les soldes débutent l’avant-dernier mercredi de juin).
Les soldes d’hiver débutent à 8h le matin du deuxième mercredi de janvier (sauf s’il tombe après le 12, auquel cas les soldes débutent le premier mercredi de janvier).
Des dates dérogatoires peuvent être accordées à certaines zones géographiques frontalières ou touristiques, mais ces dispositions excluent la vente à distance.

  • Les soldes complémentaires ou soldes flottants : chaque commerçant peut organiser durant le reste de l’année deux semaines de soldes complémentaires (1 période de 2 semaines ou 2 périodes d’1 semaine).

Ces soldes ne peuvent cependant pas se dérouler dans le mois qui précèdent les soldes saisonniers et doivent être déclarés à la Préfecture au moins un mois avant leur date de début.

Mises à part ces 2 périodes bien précises, le commerçant n’a pas le droit d’utiliser le mot « soldes » dans le cadre de ces opérations commerciales. (Lire la suite…)

Crowd in front of stage

Aujourd’hui, 21 juin, c’est la fête de la musique ! Comme moi, vous allez peut-être en profiter pour déambuler dans les rues et passer une agréable soirée placée sous le signe de la musique et de la bonne humeur !

Mais attention, si le plaisir musical est souvent amplifié avec un volume sonore élevé, vos oreilles sont fragiles! Voici donc quelques conseils pour profiter de la musique tout en préservant vos tympans.

La nocivité d’un son est liée à sa puissance (exprimée en décibels) mais aussi à la durée d’exposition.
Voici quelques repères pour vous aider à mieux appréhender ce risque :

  • 60 dB correspondent au volume sonore d’une conversation normale.
  • 80 dB : volume sonore émit par une voiture.
  • A partir de 85 dB : le seuil de dangerosité pour les oreilles est franchi.
  • 90 dB correspondent au bruit d’une tondeuse.
  • 100 dB correspondent à un marteau piqueur ou à un baladeur mp3 « à fond » .
  • 105 dB : volume sonore dans une discothèque ou lors d’un concert de rock.
  • 120 dB : il s’agit du seuil de douleur pour l’oreille. Si un individu reste exposé plus de quelques secondes à cette intensité (équivalente au son d’un réacteur d’avion), il risque des traumatismes auditifs très graves.

Si vous vous rendez à un concert, même en plein air, adoptez les réflexes suivants ! (Lire la suite…)

velo_petit

Les beaux jours sont de retour, nous pouvons enfin profiter des activités en plein air. Parmi celles-ci, le vélo est largement plébiscité : petits ou grands, nous sommes aujourd’hui environ 25 millions* à pratiquer le vélo quotidiennement. Voyons donc les règles pour circuler à vélo en toute sécurité.

Avant de partir, vérifiez le bon état du vélo !

Voici la liste des équipements obligatoires :

  • deux freins, à l’avant et à l’arrière, en bon état de fonctionnement
  • un avertisseur sonore
  • un feu de position avant (jaune ou blanc) et un feu de position arrière (rouge)
  • des catadiophtres : un de couleur rouge à l’arrière, un à l’avant de couleur blanche et des catadiophtres oranges sur les pédales et les côtés
  • un gilet rétroréfléchissant si vous circulez la nuit ou lorsque la visibilité est réduite en journée.

Vous pouvez également opter pour un écarteur de danger : il s’agit d’un « bras » à installer sur la roue arrière du vélo. Il améliorera votre visibilité (de nuit comme de jour) et incitera les véhicules à vous doubler avec une plus grande distance de sécurité.
Enfin, adultes comme enfants, n’oubliez jamais de porter un casque !!!
(Lire la suite…)

Enfants_accidents_domestiques_2

Un accident domestique se produit en France toutes les 3 minutes. Il s’agit de la troisième cause de mortalité en France, loin devant l’insécurité routière… Malgré ce constat alarmant, une étude* vient de révéler que les Français sous-estiment encore très largement les dangers liés aux accidents domestiques.

Voici quelques données que j’ai relevées dans cette étude :

  • Les accidents de la vie courante** sont souvent confondus avec les accidents de la route.
  • Le niveau de dangerosité des pièces de la maison est mal évalué : 22% des répondants pensent qu’aucune des pièces de la maison ne présente de danger potentiel. Autre chiffre significatif : seulement 7% des répondants pensent que le salon est une pièce dangereuse, alors que 21% des accidents domestiques s’y produisent.
  • Le profil des personnes à risque est méconnu. En effet, les répondants identifient en premier lieu les enfants en bas âge (87%), alors que les premières victimes sont les seniors.
  • 72% des répondants affirment que la personne responsable de la prévention au sein du foyer est la femme.

Toujours d’après cette étude, 1 Français sur 5 ne connait pas le numéro d’appel d’urgence des pompiers… 1 sur 4 ne sait pas comment appeler la police ou le SAMU…

Je vous propose donc un petit rappel :

  • Le 15 : pour appeler le SAMU
  • Le 17 : police-secours
  • Le 18 : les pompiers
  • Le 112 : numéro d’appel d’urgence européen
  • Le 01 40 05 48 48 : centre anti-poison

Chaque minute compte en cas d’accident domestique, il est donc vital de bien connaître ces numéros. N’hésitez pas à les enregistrer dans votre téléphone.

La connaissance de ces dangers et des moyens efficaces pour les prévenir est primordiale pour lutter contre ce fléau. Je vous invite donc à lire ou relire mes anciens articles sur les accidents domestiques.

Bonne lecture et à bientôt pour un prochain billet.

Emile

* Etude sur la perception des accidents de la vie courante réalisée par l’association Gema Prévention et Opinion Way.
** Les accidents de la vie courante (AvVC)  englobent les accidents domestiques, les accidents survenant à l’extérieur, les accidents de loisirs et les accidents de vacances